87 logements 1935_Liévin _

De l’avenue Jean Jaurès au parc de la rue de Berry, le promeneur et l’habitant parcourent un tronçon du vaste projet de territoire d’Euralens. L’avenue, axe de transport structurant à l’échelle du territoire, rejoint le parc linéaire au sud du CCLL par la rue de Guyenne. Cette dernière est jalonnée de respirations urbaines communes, publiques ou privées. Les éléments du paysage mis à l’honneur intègrent un archipel de parcs, d’espaces verts et de franges végétales.

S’appuyant sur les études urbaines préétablies ayant défini les contours d’un projet de quartier à la fois en lien avec la ville et la nature, la présente proposition décline un troisième temps : celui de l’interprétation et de la matérialisation du programme en aménagements et constructions.

Les bâtiments collectifs en accession des lots 2A et 3B dialoguent l’un et l’autre avec des infrastructures territoriales. Ils encadrent deux opérations de semi-collectifs sociaux sur les lots 2B et 3A dont les gabarits sont propices à l’innovation avec le choix d’un mode constructif éco-responsable. Ces quatre architectures sont tenues par les vides qui structurent le quartier. Un parcours alternatif à celui de la rue se dessine alors, par les cœurs d’îlot, les voyettes, les jardins et le parc.

L’usager fait l’expérience d’une transition douce depuis sa porte d’entrée jusqu’ à la rue. Les diverses porosités permettent un accès en retrait de l’espace public. Qualifiées comme des lieux communs, leur existence même suppose de dessiner finement les limites du logement, une limite épaisse constituée de seuils successifs, passant du plus public au plus privé pour garantir les conditions optimales du Vivre ensemble.